Saltar para: Post [1], Comentar [2], Pesquisa e Arquivos [3]




A casta

por Luísa Correia, em 29.04.13
Magnífico, este artigo no insuspeito "Le nouvel Observateur". É lá como cá:

"Si le scandale choque tellement, c'est qu'il révèle une nouvelle réalité : celle d'une couche sociale qui s'estime déliée de toute obligation envers la société.

C'est avec une « intense jubilation intellectuelle » que Monique et Michel Pinçon-Charlot ont vu apparaître l'affaire Cahuzac. « Elle validait nos thèses sur cette caste qui domine la France, cette microsociété composée de gens de droite comme de gauche qui fonctionnent de la même manière, avec leurs richesses, leurs réseaux, leurs conflits d'intérêts et leurs renvois d'ascenseur, expliquent les deux sociologues qui, depuis trois décennies, dissèquent les moeurs de la grande bourgeoisie française. C'était un nouvel exemple du pouvoir de l'oligarchie, après les scandales Bettencourt ou DSK... » Comme son ami Strauss-Kahn, Cahuzac a plongé la France dans un état de sidération.

Ces temps-ci, les parias voguent dans la même galère. L'ex-ministre du Budget avait soutenu DSK pendant sa descente aux enfers; touché à son tour, il s'appuie sur lui. Les deux hommes s'appellent, se comprennent, cherchent ensemble les issues de secours. Ils ont le même avocat, Jean Veil, après avoir eu les mêmes conseillers en communication d'Euro-RSCG, Stéphane Fouks et Anne Hommel. Adulés des patrons du CAC 40, ils dictaient au peuple les vertus de la rigueur sans les respecter eux-mêmes. « C'est une nouvelle élite sociale qui se comporte comme si elle était au-dessus des lois », souligne Marcel Gauchet.

Philosophe, animateur de la revue « le Débat », Marcel Gauchet fut le premier à forger au début des années 1990 l'expression de « fracture sociale ». « On est en train de passer à un phénomène encore plus grave: une fracture morale. » Depuis la Révolution, explique-t-il, les démocraties ont tendu à l'égalisation du rapport à la loi. Même si les hiérarchies continuaient d'exister, on pouvait raisonnablement supposer qu'à terme chacun aurait les mêmes comptes à rendre à la puissance publique. « Cela était perçu comme un progrès. Or le mouvement s'est inversé. Un groupe d'acteurs s'est détaché et opère dans une dimension nouvelle, inaccessible aux gens normaux et où les règles communes ne s'appliquent plus. Voilà ce qui suscite chez les Français une énorme inquiétude. »

Il y a dix ans, dans la collection dirigée par Marcel Gauchet, Lionel Jospin publiait un essai où il décrivait une « nouvelle aristocratie » issue de « l'alliance implicite entre les grands dirigeants d'entreprises, des financiers, des cadres élevés de l'industrie et des services, certains hauts fonctionnaires de l'Etat et des privilégiés des media ». A l'encontre de la noblesse d'hier, cette caste-là n'est pas réservée aux héritiers. La pénétrer exige surtout de l'ambition, du culot. Quelques réseaux chez les francs-maçons, à l'UMP ou au PS. Le parcours de Cahuzac est exemplaire, et la recette est simple : user de sa qualité de médecin pour conseiller le ministre de la Santé puis les laboratoires pharmaceutiques, fréquenter les puissants, leur faire des implants capillaires tout en prônant la justice sociale à la tête de la commission des Finances. Bref, ne pas avoir peur de mélanger les genres.

C'est en juillet 2012 seulement que les Pinçon-Charlot se sont penchés sur le cas Cahuzac. « Nous avons ouvert un dossier après la publication du rapport sur la vente de l'hippodromede Compiègne par Eric Woerth, racontent les sociologues. Cahuzac l'avait commandé à un professeur de droit public ayant déjà travaillé pour sa mairie de Villeneuve-sur-Lot. On s'est dit : tiens, c'est étrange, pourquoi cet homme à peine arrivé au pouvoir demande-t-il un rapport dédouanant son prédécesseur? » Gauche-droite : une fois admis dans le monde des initiés, les barrières politiques s'abaissent. « En nous intéressant à son histoire, nous avons réalisé qu'il faisait partie de cette toile d'araignée oligarchique que nous dénonçons dans nos ouvrages. » Nouvelle aristocratie, oligarchie... Comment appeler ces nouveaux dominants? Les révoltés d'Occupy Wall Street utilisaient un chiffre : les « 1%». Dans « le Temps des riches », paru au printemps dernier au Seuil, Thierry Pech dressait un savoureux portrait-robot du millionnaire new look : « Il a franchi avec succès toutes les épreuves de la compétition et dispose de moyens matériels et intellectuels souvent considérables. L'idée même que des normes contraignantes puissent venir limiter l'exercice de sa puissance et de sa liberté lui paraît assez incongrue. (...) Et l'idée qu'il serait redevable en quoi que ce soit à la société qui l'a fait roi lui semble une contradiction dans les termes. » Des individus situés tout en haut de l'échelle, indifférents aux autres, s'estimant déliés de toute obligation sociale, n'est-ce pas la définition de la caste?

Certes, ces gens-là sont solidaires, mais entre eux. Ils s'échangent les adresses d'écoles privées et de conseillers fiscaux; envoient leurs enfants dans des MBA au bout du monde ou en stage chez les uns ou les autres; se soignent dans des cliniques huppées. Zéro carte scolaire, zéro attente à l'hôpital et, si possible, zéro impôt... Dans l'Eglise médiévale, on appelait cela des exemptions. Marcel Gauchet utilise une autre référence : «Nous assistons à la création d'un Far West planétaire où les riches et les puissants circulent sans être tenus aux contraintes habituelles. Comme on dit dans le langage ordinaire, il y a les "malins", qui jonglent avec les lois, et les "couillons", comme vous et moi, qui sont tenus de les respecter. » Là est peut-être le ressort de l'émotion qui s'est emparée des Français : en s'exonérant des lois communes, la caste signifie au peuple qu'elle se désintéresse de son sort et n'a que faire de sa considération. Dans ce monde-là, au fond, ce n'est pas si grave d'avoir un compte en Suisse. Il a fallu que s'y ajoute le mensonge pour qu'on accepte de lâcher l'un des siens. «L'affaire Cahuzac nous inflige une blessure narcissique, pense le psychanalyste Jean-Pierre Winter. Nous nous sentons trahis, pris pour des minus une fois de plus. » Quoi de plus humiliant pour le citoyen que le cynisme d'un homme qui devient ministre du Budget sans songer qu'il est tenu à une certaine éthique? « Si Cahuzac n'a pas liquidé son compte, c'est qu'en réalité il n'avait pas renoncé aux affaires. Il n'était pas prêt à tout sacrifier pour faire de la politique », analyse le philosophe Pierre Zaoui. Machiavel, rappelle-t-il, justifiait le mensonge du Prince au nom de la sécurité de la Cité. Encore fallait-il que le Prince se consacre entièrement à la Cité. Les nouveaux seigneurs, eux, poursuivent toujours deux carrières à la fois. «Ce qui est terrible, reprend Zaoui, c'est que Cahuzac ait menti non pour la raison d'Etat, mais pour un motif privé. Aujourd'hui, l'argent est devenu un bien plus désirable que le pouvoir. » Le parcours s'est inversé : on s'enrichissait pour décrocher un siège de député; désormais, l'exercice de l'Etat permet d'étoffer un carnet d'adresses que l'on ira monnayer dans le privé. Tony Blair et Gerhard Schröder l'ont fait; Nicolas Sarkozy a été pressenti pour prendre la tête d'un fond qatari.

Jean-Pierre Winter pousse plus loin l'hypothèse. Si Jérôme Cahuzac a accepté ce double jeu, c'est qu'il était habité d'un sentiment d'impunité, comme le commissaire meurtrier d'«Un citoyen au-dessus de tout soupçon », le film italien réalisé en 1970 par Elio Petri. « Il devait se dire qu'il était tellement haut placé, tellement protégé et insoupçonnable, tellement puissant par les informations fiscales qu'il détenait, que rien, absolument rien ne pourrait lui arriver. » Réussir, c'est aussi planer. L'ancien ministre du Budget est-il redescendu sur terre? Réfugié dans le Gers, il n'a pas renoncé à son siège de député. Il parle aussi de redevenir médecin, de donner de sa personne dans des dispensaires du 9-3. De l'exemption à la rédemption, en quelque sorte.

Ce qui est terrible, c'est que Cahuzac ait menti non pour la raison d'Etat, mais pour un motif privé. L'argent est devenu un bien plus désirable que le pouvoir."

Autoria e outros dados (tags, etc)



Comentar:

Se preenchido, o e-mail é usado apenas para notificação de respostas.

Este blog tem comentários moderados.



Corta-fitas

Inaugurações, implosões, panegíricos e vitupérios.

Contacte-nos: bloguecortafitas(arroba)gmail.com




Notícias

A Batalha
D. Notícias
D. Económico
Expresso
iOnline
J. Negócios
TVI24
JornalEconómico
Global
Público
SIC-Notícias
TSF
Observador

Subscrever por e-mail

A subscrição é anónima e gera, no máximo, um e-mail por dia.

Comentários recentes


Links

Muito nossos

  •  
  •  
  • Outros blogs

  •  
  • Links úteis


    Arquivo

    1. 2019
    2. J
    3. F
    4. M
    5. A
    6. M
    7. J
    8. J
    9. A
    10. S
    11. O
    12. N
    13. D
    14. 2018
    15. J
    16. F
    17. M
    18. A
    19. M
    20. J
    21. J
    22. A
    23. S
    24. O
    25. N
    26. D
    27. 2017
    28. J
    29. F
    30. M
    31. A
    32. M
    33. J
    34. J
    35. A
    36. S
    37. O
    38. N
    39. D
    40. 2016
    41. J
    42. F
    43. M
    44. A
    45. M
    46. J
    47. J
    48. A
    49. S
    50. O
    51. N
    52. D
    53. 2015
    54. J
    55. F
    56. M
    57. A
    58. M
    59. J
    60. J
    61. A
    62. S
    63. O
    64. N
    65. D
    66. 2014
    67. J
    68. F
    69. M
    70. A
    71. M
    72. J
    73. J
    74. A
    75. S
    76. O
    77. N
    78. D
    79. 2013
    80. J
    81. F
    82. M
    83. A
    84. M
    85. J
    86. J
    87. A
    88. S
    89. O
    90. N
    91. D
    92. 2012
    93. J
    94. F
    95. M
    96. A
    97. M
    98. J
    99. J
    100. A
    101. S
    102. O
    103. N
    104. D
    105. 2011
    106. J
    107. F
    108. M
    109. A
    110. M
    111. J
    112. J
    113. A
    114. S
    115. O
    116. N
    117. D
    118. 2010
    119. J
    120. F
    121. M
    122. A
    123. M
    124. J
    125. J
    126. A
    127. S
    128. O
    129. N
    130. D
    131. 2009
    132. J
    133. F
    134. M
    135. A
    136. M
    137. J
    138. J
    139. A
    140. S
    141. O
    142. N
    143. D
    144. 2008
    145. J
    146. F
    147. M
    148. A
    149. M
    150. J
    151. J
    152. A
    153. S
    154. O
    155. N
    156. D
    157. 2007
    158. J
    159. F
    160. M
    161. A
    162. M
    163. J
    164. J
    165. A
    166. S
    167. O
    168. N
    169. D
    170. 2006
    171. J
    172. F
    173. M
    174. A
    175. M
    176. J
    177. J
    178. A
    179. S
    180. O
    181. N
    182. D

    subscrever feeds